INHABITUEL – Un nouveau concept d'hôtel nomade et éphémère, Flying Nest, a été inauguré cet hiver par AccorHotels à Avoriaz. Visite d'une suite nomade sur une piste de ski haute savoyarde, signée par le designer Ora-ïto.En même temps, bon œil … Allongés dans le lit, nous activons l'auvent qui, comme un rideau de théâtre, s'ouvre au petit matin sur une représentation inhabituelle, un spectacle vivant. Derrière la fenêtre, le froid, la gare d'Avoriaz 1800 qui s'anime; à l'intérieur, un cocon douillet, l'envie de se promener. Il n’est pas si courant de pouvoir se blottir dans la chaleur d’une couette tout en voyant que, au-delà d’une aube frissonnante, se repeint de bleu et de mauve dans les montagnes environnantes. Même une suite avec vue panoramique n'offre pas cette proximité. Cette immersion dans la nature, au pied des pistes de la station, est le luxe offert par le nouveau concept d'hôtel nomade et éphémère, Flying Nest, inauguré cet hiver par AccorHotels. Il est impossible de ne pas remarquer la présence de cette "hospitalité éphémère" composée d'anciens conteneurs maritimes réaménagés dans la chambre: 25 "petits studios" de 13 m² avec lit double, salle de bains avec douche, rangements minimalistes, minibar … Et d'autres terrasses privées sur étage orientées sud-sud-ouest. Pas de télévision, nous avons déconnecté.Un espace commun se trouve au petit-déjeuner. Le design de cet hôtel respectueux de l'environnement est signé Ora-ïto qui, au-delà d'une esthétique raffinée en bois et en métal, a pu rationaliser avec goût l'espace en déclinant une décoration tout en vert et blanc. "C’est un peu une affaire de gamin pour moi, le rêve de pouvoir créer une cabine dans un endroit où il n’ya pas de permis de construire", explique le designer. Nous sommes également dans l’esprit de NoNo, le nouveau nomade. Fermeture prévue le 22 mars. Et imaginer déjà une version estivale: peut-être un jour, un Nid volant, histoire de retourner à la mer ces (…) En savoir plus sur Figaro.frÀ Londres, dormir dans un lit en forme d’utérus
A La Plagne, dormir dans un toiletteur
Inscrivez-vous à la newsletter Le Figaro