DECORATION Chaque année, la Société nationale d'horticulture de France délivre un diplôme internationalement reconnu, notamment au Japon, berceau de l'ikebana.

Les Français ont des talents dans de nombreux domaines. Mais qui de nous sait que nous sommes des champions, ou plutôt des champions, compte tenu de la très grande proportion de femmes, dans l'art de fabriquer un bouquet de fleurs? Il est tellement vrai que les femmes japonaises, bien qu'expérimentées dans les subtilités de l'ikebana, l'art floral japonais traditionnel, voyagent en France depuis des années pour apprendre notre savoir-faire et valider leur formation avec un diplôme internationalement reconnu. En effet, depuis 1976, la Société nationale d'horticulture de France (SNHF), partenaire de la section jardin de Figaro, est officiellement responsable de l’enseignement de cette discipline. Cette société savante, âgée de près de deux cents ans, délivre un diplôme de trois ans, approuvé par le ministère de l'Éducation nationale, Dafa (diplôme d'animation florale artistique), qui comprend trois diplômes successifs: assistant facilitateur, facilitateur et enseignant. »LIRE AUSSI – EN IMAGES – Le kokedama, sphère magique du décor végétal

Fabien Bernardi

Le 22 janvier, les quatre lauréats de l'année 2018, dont trois Japonaises, ont été remis leurs diplômes au siège de la SNHF à Paris. L’occasion pour eux de démontrer leurs compétences et leur sens artistique en interprétant, devant un public de passionnés, une œuvre originale sur un thème imposé., "C’est l’équivalent d’une soutenance de thèse, explique Bruno Lamberti, président de la Section florale, de la SNHF. Nos quatre nouveaux diplômés portent désormais le titre d’enseignant, un sésame qui leur permettra d’enseigner, partout dans le monde, l’art du bouquet français. "Pour illustrer le thème de cette année," Winter Poetry ", Annie Kulikowska, attachée commerciale à la retraite, a été inspirée par le poème de Verlaine," La Lune Blanche ". Phælenopsis et amaryllis à corolle immaculée, branches de bouleau et de balai: avec peu de matériel, cette ancienne élève de l'atelier Flora Occitania à Revel (Haute-Garonne) a réalisé une composition parfaitement maitrisée qui a séduit le public. "Je suis inspirée par la nature, par ce qu'elle nous donne et par ce que je dois aller cueillir lors de mes promenades dans les bois ou sur les chemins. Il y a de très belles choses à nos pieds", explique-t-elle à Figaro, confiant dans sa joie de transmettre sa passion à ses futurs étudiants. »LIRE AUSSI – HORTIQUID – Bouquet: comment éviter que les fleurs ne se fanent trop vite? Considéré comme la branche artistique de l'horticulture, l'art floral ne doit pas être confondu avec la fleuristerie. "Nous ne vendons pas de fleurs, explique Josette Lacipieras, responsable de Flora Occitania. L'art floral consiste à réaliser un travail artistique à partir de plantes vivantes à des fins décoratives lors d'une fête, d'un événement ou pour la vie quotidienne. Cela dit, certains fleuristes effectuent de très belles compositions , hommes y compris, malheureusement peu nombreux à pratiquer cette discipline mais qui ont beaucoup de talent dans le travail de la fleur. "Cet art éphémère vit aussi au rythme des compétitions nationales (Auvers-sur-Oise, Montreuil-sous-Bois) et internationalement France (Mazamet, Sorèze, Théoule-sur-Mer) et à l'étranger (Namur, Dublin, Toronto, Monaco). Au cours de ces tournois enrichis, les participants créent des compositions florales d’une beauté à couper le souffle qui sont jugées par un jury de professionnels. Les représentants de la SNHF reviennent très souvent couverts de médailles! • SNHF, section d'art floral, 84, rue de Grenelle (Paris VII). Tél.: 01 44 39 78 78.