Une collection de 250 modèles d’appareils a rejoint la flotte du club aéronautique d’Eure-et-Loir. Robert Papin, collectionneur de modèles, veut leur donner une seconde vie.
À Chartres, les Dézing & Eure-et-Loir volent de vieux coucous
Membre de l'aéroclub, Robert Papin est un passionné d'aviation. Né en 1931, il a vécu à Chartres pendant la Seconde Guerre mondiale. Il se souvient: "J'habitais juste devant la piste. J'ai toujours vu les avions passer. Pendant la guerre, les locaux de l'aéroclub d'Eure-et-Loir étaient un camp de tir allemand. Ils installaient les mitrailleuses d'avions. avant de voler. Avec mon frère, nous nous sommes cachés dans les bois à côté et les avons regardés. Nous avions 13 ans. "

Quand j'entends le son d'un moteur que je ne reconnais pas, je sors pour voir ce que c'est.

Cette passion du ciel, qui le pousse déjà, le pousse à faire son service militaire dans un régiment de parachutistes, puis à travailler chez le constructeur aéronautique Dassault pendant quinze ans. Là-bas, il commence à collectionner, entre autres, des modèles d’aéronefs.
L'Aéroclub d'Eure-et-Loir constate un "regain d'intérêt pour l'avion"
En 1963, il devient membre de l'aéroclub Eure-et-Loir et finit par apprendre à voler. Même aujourd'hui, il reste fasciné par l'aviation: "Quand j'entends le son d'un moteur que je ne reconnais pas, je sors pour voir de quoi il s'agit."
Cependant, à 88 ans, il vient de donner au club certains de ses modèles pour les empêcher de se salir. "Je voulais d'abord les donner à mes enfants, mais une telle collection ne les intéresse pas", dit-il.
Robert Papin est ravi de voir tout son travail exposé: "Je l’ai toujours à la maison et je continue à en acheter. Je les donnerai sûrement aussi."