Pauvreté énergétique: jusqu'à 90% du coût des travaux soutenus grâce à un dispositif installé en Hauts-de-France

0
3
3,3 millions. C’est le nombre alarmant de ménages vivant en situation de précarité énergétique en France, soit 13% des 28 millions de foyers françaisDans les Hauts-de-France, les chiffres sont encore plus inquiétants. Selon l'INSEE, 1 ménage sur 5 (20%) "est en situation de pauvreté énergétique ou de forte vulnérabilité énergétique au coût de l’énergie »et« 68% des maisons de la région consomment beaucoup d’énergie (étiquettes ECD évaluées en E, F, G) ». En 2016, 45% des cas de surendettement étaient liés à de l'énergie non payée, selon l'institut. Enfin, avec 350 000 euros d’aide payée en 2018 pour les factures d’énergie non payées, les Hauts-de-France sont la région où Relief catholique donner le plusLa venue ce jeudi 14 mars à Pontpoint (Somme), deOlivier Noblecourt, délégué interministériel à la prévention et à la lutte contre la pauvreté, et de Véronique Fayet, présidente du Secours Catholique présenter le mécanismes de lutte contre la précarité énergétique donc rien n'était accidentel. Le but de la journée était de présenter les mesures "mise en œuvre pour & # 39; renforcer & # 39; le développement de cette action mise en place par les délégations du Secours Catholique"et l'association picarde Réseau Eco Habitat, soutenue par la délégation interministérielle au plan pauvreté.

Agir sur les causes de la précarité énergétique. Rendre accessible aux plus vulnérables le droit coutumier pour le cofinancement des travaux, soutenir socialement les familles, démêler le maquis des bénéfices, … écohabitat: une innovation sociale territoriale qui sera soutenue. pic.twitter.com/B98g3F2lwK– Délégation interministérielle contre la pauvreté (@Delegpauvrete) 14 mars 2019

Principales informations à retenir: la prochaine signature (probablement en juin 2019) d'un contrat d'impact social avec l'Agence nationale pour l'habitat (ANAH) qui permettra une présence plus dense et plus dense du dispositif. Quel est ce dispositif?

"Nous cherchons des fonds et accompagnons les familles du début à la fin"

Lancé en 2014 par Réseau Eco Habitat, "son but est de permettre aux personnes en grande précarité de bénéficier d'une aide financière importante pour mener à bien leurs travaux de rénovation énergétiqueXavier Villette, délégué du Secours Catholique de Lille, a déclaré: "Pour ce faire, le réseau Eco-Habitat et le Secours Catholique, qui ont fourni un soutien dès le début, évoluent de concert, chacun ayant un rôle spécifique."Le Secours Catholique a pour objectif principal de faire le lien entre les individus et les représentants de l'État. Cela implique de rechercher et de prendre contact avec ces personnes. Ensuite nous établit une relation de confiance vis-à-vis de la fiabilité des dispositifs proposés", explique le représentant du nord de l'association.De nombreuses personnes ne recourent pas à l'aide publique par ignorance ou par peur. Ce sont souvent des personnes en grande précarité. Lorsqu'ils constatent que le coût du travail s'élève à plusieurs dizaines de milliers d'euros, ils n'osent pas prendre ces aides de peur de ne pouvoir assumer le reste des dépenses.".
Après avoir établi ce premier contact, Réseau Eco Habitat prend la relève. "Nous gérons tous les travaux, nous nous occupons de la recherche de financements publics et privés, nous créons le lien entre les ménages, les dispositifs administratifs et les entreprises de construction. Nous accompagnons ensuite chaque famille du début à la fin du projet. Un volontaire du Secours Catholique est également présent", spécifie la voix de motivation complète Franck Billeau, fondateur et directeur de Réseau Eco Habitat. En fait, cette orientation permet aux ménages les plus modestes de voir leur travail très onéreux couvert à 90% par toute l'aide extérieure obtenue. "Par exemple, pour un projet d'amélioration thermique de sa maison s'élevant à plus de 40 000 euros, un ménage devait mettre 50 euros au départ et, grâce à l'appareil, il devait payer le très peu d'argent à la fin.", illustre Hélène Bernard, déléguée du département de l’Oise Secours Catholique.

"Laisser revenir à un chemin normal de la vie sociale"

"Nous sommes ravis de la mise en œuvre de ce dispositif car il peut remettre les gens sur la selle en allégeant leur facture. J'espère que ce sera une étape importante pour sortir de la pauvreté énergétique … Mais cela va bien au-delà d'un projet de loi. Cela peut permettre aux gens de revenir à un chemin normal de la vie sociale"."Nous attendons maintenant plus de moyens de divertissement et plus de temps pour rencontrer ces personnes plutôt cachées.", Conclut Xavier Villette. Actuellement, Réseau Eco Habitat et Secours Catholique sont actifs sur 4 des 5 départements de la région (Aisne, Somme, Oise et Nord). Et depuis la création de l'initiative, "33 projets d'un coût moyen de 35 000 euros ont été achevés. Cela représente 120 ménagesSelon Franck Billeau. Grâce à la contractualisation du contrat d’impact social, les deux associations envisagent d’agir dans le Nord-Pas-de-Calais et le reste du pays. "L'objectif sera de 200 projets dans moins de cinq ans".

Quels sont les aides?

.L'Agence Nationale pour le Logement (ANAH)
Organisme d'État, leANAH est la principale source de financement. Selon les dossiers, elle soutient jusqu'à 50% du coût total des travaux. Au-delà du prisme énergétique, 6828 logements ont été rénovés entre 2011 et 2018 en Hauts-de-France bénéficiant d'une aide de 62,2 millions d'euros de l'Agence nationale du logement (ANAH). Au niveau national, le total s’élève à 596 127.L'aide des autorités locales (région et département)
Soutien à la rénovation énergétique

En mars 2018, le conseil régional des Hauts-de-France a mis en place un aide à la rénovation énergétique. L'objectif est de permettre aux personnes physiques et morales de bénéficier d'un soutien financier pour effectuer des travaux de rénovation énergétique (isolation redo, toiture, installation de radiateurs intelligents). Il peut aller jusqu'à 2000 euros:

  • 1 000 € d'économies pour les logements situés en dehors des communes rurales et dont le travail est inférieur ou égal à 30 000 €
  • 1 500 € d'économies pour les logements situés dans les communes rurales et le montant du travail est inférieur ou égal à 30 000 €
  • 2 000 € pour les travaux de rénovation nécessitant plus de 30 000 €

Pour en tirer profit, la région a créé une plate-forme où ils peuvent soumettre leur demande: Plate-forme.
Le Pass Rénovation Picardie
Autre exemple de taille: le col de rénovation de Picardie. Lancée par la région en 2014, à l'échelle de l'ancienne Picardie, cette subvention soulage les particuliers et les particuliers dans leur travail et permet de réduire la consommation d'énergie. Opérationnel depuis le deuxième trimestre de 2014 et initialement lancé pour une période de trois ans, jusqu'en 2017, il a été prolongé "jusqu'à la fin de 2019 par la modification d'un contrat de service public entre la Régie et la région"."A ce jour, 41 communes et communes d'agglomération, représentant près de 90% de la population picarde, sont engagées – certaines par le biais d'accords de partenariat – avec le SPEE", détails Pass Rénovation PicardieL’autre aide mobilisée provient de communautés de municipalités, parfois les municipalités, groupes de protections sociales privées et publiques ou des partenariats avec des banques offrant du microcrédit. Enfin, des associations caricaturales telles que le Fondation Abbé Pierre et le Secours Catholique lui-même y contribue également. Le bilan énergétique
Assigné sous conditions de ressources, le bilan énergétique (entre 98 et 277 euros) est un cotisation annuelle enregistrée au paiement des factures d'énergie pour le logement fourni par l'État. Bien que cela ne soit pas utile pour lutter contre la rénovation énergétique, le bilan énergétique est un moyen supplémentaire de considérer moins agonisant en fin de mois. Mais comme toutes les aides publiques et privées, cette contribution reste insuffisamment sollicitée par les Français. La faute en particulier à un courrier d'information indigeste et long (7 pages). le sans recours s'élevait à 20%, selon François Boulot, responsable du thème du Secours Catholique. Si vous avez besoin de plus pour convaincre de faire une demande, selon le site chequeenergie.gouv.fr"en 2019, le bilan énergétique sera augmenté de 50 euros et profitera à 2,2 millions de ménages supplémentaires, fournissant une assistance à près de 5,8 millions de ménages. Les bénéficiaires 2019 recevront leur chèque entre fin mars et fin avril 2019, il n'y a pas d'action à prendre.Pour le Pas-de-Calais, le Nord, la Somme, l'Aisne et l'Oise, il sera envoyé entre le 25 mars et le 1er avril. Pour en bénéficier: bilan énergétiqueSi la pauvreté énergétique reste un problème majeur dans les Hauts-de-France, elle diminue progressivement, grâce au Secours Catholique et au Réseau Eco Habitat. Mais cela ne suffit pas. Le chemin est encore long. Il est donc essentiel que l’État s’attaque sérieusement à ce sujet, où les problèmes sociaux, économiques et écologiques sont immenses. Parallèlement à la visite d’Olivier Noblecourt et de Véronique Fayet, ce jeudi 14 mars, le ont débattu en séance publique de la pauvreté énergétique des ménagesà la demande du groupe communiste républicain et écologiste.

Vocabulaire

Insécurité énergétique
La pauvreté énergétique peut être définie comme la difficulté, voire l’impossibilité de chauffer correctement sa maison, à un coût acceptable. Sous cette définition relativement simple, il existe des réalités très différentes, liées à des causes multiples.ANAH
L’Agence nationale pour le logement (ANAH) est une institution publique placée sous la tutelle des ministères chargés de la cohésion territoriale et des relations avec les collectivités locales, de l’Action et des Comptes publics et du ministère de l’Environnement. Économie et finance.Rénovation du Col de Picardie
Selon le site pass-renovation-picardie, l'appareil aide "engager, mettre en œuvre et financer un programme complet de rénovation énergétique. L’objectif est de concevoir un projet qui vous permette de réduire la consommation d’énergie de votre maison de 40 à 75%.".Contrats à impact social
ce sont des mécanismes financiers axés sur la prévention innovante des risques sociaux. Reconnaissant que la philanthropie et les ressources publiques ne suffisent pas pour relever tous les défis sociaux posés par la société, ils souhaitent expérimenter de nouvelles formes d’action en utilisant des fonds privés. ( https: //www.economie.gouv.fr/entreprises/contrat-a-impact-social-quest-q … )