Yves Ubelmann, l'archéologie vue du ciel

0
3
Architecte de formation, président et fondateur d'Iconem, il a renversé la sauvegarde du patrimoine archéologique grâce à des images aériennes prises par des drones.

Par Florence Evin Publié le 11 mars 2019 à 10h22 – Mis à jour le 12 mars 2019 à 13h03 Temps de lecture 6 min.

Article des abonnés Yves Ubelmann, dans les locaux de sa start-up Iconem, en 2016. Yves Ubelmann, dans les locaux de sa start-up Iconem, en 2016. DENIS / REAYeux vifs et rieurs, la barbe noire taillée, l'architecte Yves Ubelmann, âgé de 38 ans, président et co-fondateur de Iconem (2013), explose dans le monde de l'archéologie. Sa start-up est installée dans trois salles du quartier parisien de Montparnasse. Au moment du goûter, filles et garçons (25-28 ans), architectes, archéologues, ingénieurs et graphistes, une quinzaine de personnes de tous horizons et de toutes nationalités, discutent dans un brouhaha joyeux. "Il y a une bonne ambiance, Il reconnaît, nous sommes très proches. Ils sont tous très attachés à la mission humaniste de l'entreprise, la préservation du patrimoine. "

Dès le codage

Après la pause, silence absolu. Les yeux fixés sur leurs écrans, ces as de codage font revivre les sites antiques en danger dans des modèles 3D, construits à partir des milliers de photos prises par Yves Ubelmann, à Mossoul en Irak, à Palmyre en Syrie, à Angkor au Cambodge ou à l'église de la Trinité. , Paris. À Mossoul (Irak), Yves Ubelmann a photographié le grand taureau ailé androcéphalique gardant la porte du palais royal assyrien de l'ancienne Ninive, découvert dans un tunnel creusé par l'organisation de l'État islamique. À Mossoul (Irak), Yves Ubelmann a photographié le grand taureau ailé androcéphalique gardant la porte du palais royal assyrien de l'ancienne Ninive, découvert dans un tunnel creusé par l'organisation de l'État islamique. ICONEM / UNESCOIl utilise, dit-il, son appareil photo "Comme le ciseau du sculpteur qui doit aller partout pour effacer les formes". En 2017, ses vidéos défilent à Paris au Grand Palais, à l'initiative de Sylvie Hubac, alors directrice de l'institution, et de Jean-Luc Martinez, directeur général du Louvre. Jusqu'au 17 février, ils étaient, à la demande de son président, Jack Lang, à l'Institut du Monde Arabe, à Paris, où 120 000 visiteurs ont découvert le spectaculaire Leptis Magna, en Libye, menacé par l'érosion et le pillage. Au même moment, l'exposition "Le Crac des Chevaliers" à la Cité de l'Architecture, le Mont-Saint-Michel au Musée des Invalides et la falaise de Bamiyan, sans ses Bouddhas, ont été dévoilés dans la capitale. Guimet. Article réservé à nos abonnés Lire aussi La haute technologie à la rescousse du patrimoine Reconstruction numérique du temple Baalshamin (Syrie), à ​​partir de milliers de photos prises par drone et au sol par Yves Ubelmann, présentées dans l'exposition "Villes millénaires" à l'IMA. Reconstruction numérique du temple Baalshamin (Syrie), à ​​partir de milliers de photos prises par drone et au sol par Yves Ubelmann, présentées dans l'exposition "Villes millénaires" à l'IMA. ICONEM / DGAM / UNILIl s'agit précisément de l'Afghanistan qui a convaincu Yves Ubelmann d'agir. "En 2007, l'archéologue Philippe Marquis m'appelle, il a dit: "Nous avons besoin d'un architecte à Bactres pour les fouilles de Roland Besenval", puis directeur de la délégation française d'archéologie en Afghanistan (DAFA). J'y suis allé et suis revenu quatre ans de suite; nous partions pour deux mois, au printemps et en automne. D'une saison à l'autre, j'ai remarqué la disparition des sites, un mausolée emporté par le flot d'une rivière; l'autel culte du feu, où Alexandre le Grand aurait épousé Roxane, détruite par un digger … "

" Angle mort "

C'est le moment où Le monde raconte ses premiers essais d'un drone avec Raphaël Dallaporta, dans le jardin familial de Corbreuse, dans l'Essonne, où des tapis afghans sont déroulés: "Ils ont l'air dangereux ou illuminés, ils sont pacifiques et sérieux", écrit Claire Guillot. Les deux amis se préparaient à numériser My Aynak, un site bouddhiste niché dans une mine de cuivre achetée par les Chinois.